ENS de Paris - Normale Sup' ENS de Lyon - Normale Sup' ENS de Cachan - Normale Sup' ENS de Rennes - Normale Sup'
Page Facebook Chaine YouTube Chaine DailyMotion Page Google+

ISMaPP

Etablissement d'Enseignement Supérieur reconnu par l'Etat

80, rue Taitbout 75009 Paris

Tél: +33/01.55.50.12.40

Fax: +33/01.55.50.12.49

Métro: Saint-Georges - Ligne 12

Vous êtes ici: Accueil » Actualités - Vie de l'Ecole » Actualités » Lorsque les étudiants partent sur le terrain : le récit d'une journée peu ordinaire

Actualités - Vie de l'Ecole

Actualités


RSS

Enseignement et Vie scolaire

Lorsque les étudiants partent sur le terrain : le récit d'une journée peu ordinaire

Lorsque Les Étudiants Partent Sur Le Terrain : Le Récit D'une Journée Peu Ordinaire - 47 Ko

 

 

Lola et Pierre, étudiants en 1ère et 2ème année, ont été conviés par l'Institut de la Gouvernance Territoriale et de la décentralisation, centre de recherche associé à l'ISMaPP, à participer à une journée de rencontres et de débats avec des professionnels du secteur sanitaire et social.

Ils ont tout deux mis en récit une journée peu ordinaire, vécue comme un passage de la théorie à la pratique !

Direction : Reims.

De la théorie à la pratique : récit et interview !

 

*

Mardi 19 janvier 2016, la direction des Etudes (Laurence Lemouzy) de l'Institut de la Gouvernance Territoriale et de la décentralisation (IGTD), centre de recherche associé à l'ISMaPP, intervenait pour une journée de formation auprès de l'URIOPSS Champagne-Ardenne, à Reims.  

L'URIOPSS agit à l'échelle du territoire de Champagne-Ardenne comme l'union des associations et organismes non lucratif des secteurs sanitaire, social et médico-social.

Une vingtaine de personnes étaient réunis le 19 janvier 2016 autour du thème : "Le territoire et ses évolutions". 

 

*

Le récit de Lola, étudiante en 1ère année (Bac+3)

De la théorie à la pratique : une journée à vitesse grand V

7h30 – J’arrive à la gare de l’Est, saisie par le froid parisien. Pierre, mon camarade de M1 à l’ISMaPP, lui aussi embarqué dans l’aventure, vient à ma rencontre peu de temps après. La réunion qui allait se tenir à Reims en présence de notre directrice Laurence Lemouzy est au cœur de la discussion. En effet, nous avions appris la veille que nous partions pour Reims. Pour ma part, tout c’était passé relativement vite ! Notre directeur était arrivé en salle Sand, l’air mystérieux. Après avoir présenté l’URIOPPS comme une union régionale rassemblant des associations et des établissements, et indiqué que Laurence Lemouzy y tiendrait un colloque dans le cadre de ses fonctions à l’Institut de la Gouvernance territoriale et de la décentralisation, il avait subitement lancé : « le premier qui lève la main accompagnera l'Institut demain à Reims », ce qui eût pour effet de surprendre notre classe. Et pourtant … Ma main se leva instinctivement ! Pour être un bon manager, ne faut-il prendre des décisions rapidement, et savoir saisir les opportunités qui nous sont offertes ? Et, c’est ainsi que Pierre et moi-même nous sommes retrouvés ce Mardi 19 Janvier2016  sur le quai de la Gare de l'Est. 

7h58 - Le train démarre ! Laurence Lemouzy commence à nous expliquer le déroulement de la journée. Et j’ai ainsi appris que pour la première fois des élèves de notre établissement avaient la chance de pouvoir assister à un tel séminaire. L'objectif : favoriser la perméabilité entre notre savoir et notre savoir-faire. Nous sont ensuite expliqués les missions et les actions de l’URIOPPS au sein du  territoire Champagne-Ardenne. Cette journée de formation a pour but d’aller à la rencontre des acteurs de l’URIOPPS de Champagne Ardenne qui regroupe des membres d’associations du secteur médico-social. Ces derniers sont soucieux de savoir quels vont être leur place et leur rôle à jouer dans cette nouvelle réforme territoriale qui bouleverse la mise en place de l’action publique.

8h44 – Nous voilà arrivés en gare de Reims. M. Thomas Dubois, directeur de l'URIOPSS Champagne-Ardenne, nous a chaleureusement accueilli, et conduit à l’IME, ou se déroulaient les différents débats de la journée.  

9h15 – Après une petite collation et le temps de s’installer, la formation a débuté ! Laurence Lemouzy a alors présenté ses quatre grands axes de réflexion : les institutions locales en Europe, l’organisation territoriale en France, le phénomène d’agencification et le positionnement de la société civile dans les mouvements de la réforme. Ce séminaire avait donc pour but de traiter du territoire et de son évolution. Tout au long de la journée, j’ai pu remarquer que les inquiétudes étaient palpables suite aux nombreuses questions posées quant aux changements de l’organisation des territoires et du secteur public notamment dans la région grand Est. Les associations étaient en attente d’une réelle expertise. Elles cherchaient à comprendre les enjeux de leur action pour la conduite du changement, et la façon dont elles pouvaient s’inscrire pleinement dans la réforme territoriale. Le premier angle de réflexion a permis aux différents professionnels (fonctionnaires, élus, salariés issu du secteur privé), de cerner la place des collectivités dans les pays de l’Union Européenne afin de donner des éléments de comparaison avec les évolutions du territoire français. Cela a permis d’appréhender la singularité du modèle Français qui ne suit pas les mêmes mouvements de fusion que les autres Etats. Laurence Lemouzy a d'ailleurs illustré  son propos par une phrase d’Alain Supiot, professeur au collège de France qui parle de « gouvernance par le nombre » et de la perte du sens politique. Ce thème de la perte du sens et du projet politique a vivement animé le débat entre les acteurs associatifs, unanimes dans leur constat d'une stérilité grandissante dans le dialogue entre associations et élus. 

Midi - Le temps du déjeuner est pour Pierre et moi, un temps propice à la discussion avec ces différents acteurs. Je remarque que le dialogue se noue de façon naturelle, eux même intrigués par notre présence dans cette réunion. Ils nous questionnent sur notre cursus, tandis que je cherche à en savoir davantage sur leurs professions. Je prends conscience que les différents témoignages donnent à mes cours d’administration territoriale une portée réelle. Envolés les chiffres et les définitions d’ordre théorique… c’est une réalité professionnelle qui se dévoile, me rappelant pourquoi j’ai choisi  l’ISMaPP. Les enjeux de la réforme ne sont jamais loins, toujours présents et seul le séminaire semble avoir migré d’endroit…

13H30 - Une fois les auditeurs installés dans la salle, l’échange reprend. Le terme d ’ « échange » me semble d’ailleurs tout à fait approprié. En effet, l’on constate une réelle interaction entre Laurence Lemouzy et les différents professionnels du monde associatif. Il s’agit d’un véritable échange, d’un vrai débat d’idées. Alors que les questionnements fusent, Laurence Lemouzy adapte sans difficulté ses propos et prend le temps nécessaire pour répondre à toute les demandes. Le thème de l’agencification est le sujet qui demande manifestement le plus de temps en terme d’explications et met en lumière les divergences qui opposent les différents professionnels. Leurs perceptions sont effectivement discordantes quant à la possibilité de travailler de façon efficiente avec ces nouveaux interlocuteurs, aujourd’hui ancrés en satellites autour des collectivités territoriales. Certains membres d’associations mettent en perspective les arguments de contournement budgétaire permettant aux associations une liberté financière ; alors que d’autres craignent une multiplication des structures et des interlocuteurs ajoutés à l’ingénierie administrative classique.  Le dernier thème abordé sur le positionnement de la société civile dans la réforme est moins propice au débat, mais davantage à la mobilisation et à la cohésion des acteurs dans les politiques à mener dans les collectivités territoriales. Les différentes associations s’accordent pour dire qu’une bonne politique passe par le vécu du territoire afin de répondre au mieux aux intérêts de la population locale. 

16H36-Le séminaire se termine par des remerciements aux professionnels présents mais surtout à l'Institut qui a répondu aux attentes des associations dans un laps de temps restreint. Puis, le directeur de l'URIOPSS Thomas Dubois, dans la volonté de nous intégrer pleinement aux échanges, nous demande à Pierre et moi-même, stagiaire d’un jour, de nous exprimer vis-à-vis de la conférence. Nous le faisons spontanément et de bon cœur étant donné le climat chaleureux et propice à la discussion qui s’est installé au fil de la journée. Il est à présent temps pour nous, de quitter le territoire de Champagne Ardenne pour l’Ile de France. Il va falloir, non sans difficulté, retourner à nos places d’étudiants.

17h15- Le train démarre en direction de la Gare de l’Est. Il me paraît alors évident que le matin même je ne connaissais pas véritablement ni le monde associatif, ni même les vrais enjeux de la réforme territoriale. Cette journée a réellement donné du sens à mes cours théoriques : les acteurs se sont incarnés dans des visages d’hommes et de femmes, aux expériences professionnelles et aux vécus différents. Tous étaient soucieux de connaître leurs rôles, leurs interlocuteurs de demain et étaient animés par la volonté de comprendre quelle est la bonne gouvernance à adopter pour mener une action publique pertinente au sein des collectivités dans un but d’intérêt général. J’ai également découvert un autre pan de la vie professionnelle de Laurence Lemouzy, que nous connaissions uniquement comme co-directrice de l’ISMaPP. Cela nous a permis de cerner davantage son activité de directrice scientifique de l’IGTD et de comprendre en quoi consistait ce rôle d’expertise propre à un think-thank (centre de recherche). Cette journée se révèle avoir été une expérience unique et marquante dans ma vie de jeune étudiante.  

L'Interview de Pierre, étudiant en 2ème année (Bac+4)

ISMaPP : Pierre, pouvez-vous nous raconter pourquoi vous avez souhaité participer à ce déplacement ?

Pierre : Lorsque l’on nous a annoncé que l’Institut de la Gouvernance Territoriale et de la Décentralisation (IGTD) organisait un déplacement avec Laurence LEMOUZY et que deux étudiants pouvaient y participer, j’ai tout de suite compris que je devais m’y rendre. Alors c’est vrai que j’ai d’abord été refroidi par le fait que nous devions être à 8h00 à la Gare de l’Est mais le programme annoncé était bien trop intéressant pour laisser filer ma chance de participer à ce séminaire.

ISMaPP : Comment s’est déroulée cette journée ?

Pierre : Pour commencer, Lola et moi, nous nous sommes retrouvés à la gare puis avons pris le train pour Reims. Nous étions un peu inquiets sur le déroulement de la journée. Nous avions appris la veille que nous partions et nous n’avions pas très bien compris le contexte. Pendant les 45 min de trajet, Laurence Lemouzy nous a expliqué précisément le déroulement de la journée. Nous allions rencontrer des membres de l’URIOPSS de Champagne Ardenne, qui regroupe les membres d’associations dans le secteur social. Ils étaient soucieux de savoir comment ils allaient devoir s’organiser avec la mise en place de la réforme territoriale. Quels allaient être leurs nouveaux interlocuteurs ? Quelles mutations dans leur travail ? Quelles perspectives ? Ils ont fait appel à l’Institut pour les éclairer sur ces points.

ISMaPP: Comment vous êtes vous insérés dans ce séminaire ?

Pierre : En tant qu’étudiant à l’ISMaPP, nous apprenons à adopter un comportement professionnel. Nous étions entourés d’acteurs du secteur associatif issus de différents milieux professionnels (élus, directeurs, salariés du secteur privé, fonctionnaires,…). Nous avons été très bien reçus et ils nous ont fait participer activement aux échanges. Le moment du déjeuner était un moment important pour nous car il a fallu faire preuve de professionnalisme pour nous intégrer au groupe et pouvoir échanger avec chacun d’eux. 

ISMaPP : Ce séminaire avait pour thème « Le territoire et son évolution » et était axé autour de trois questions, les institutions locales en Europe, l’organisation territoriale en France et le phénomène d’agencification. Quels enseignements en avez vous tiré ?

Pierre : Il était intéressant de constater comment nos études théoriques s’articulent avec la réalité. Nous avions étudié, en classe, la réforme territoriale et eu la chance de participer aux Entretiens de la gouvernance territoriale en octobre dernier et qui abordait aussi ce sujet. Cependant, ce séminaire permet une nouvelle approche, plus pratique et au coeur des problématiques des différents acteurs. La réforme territoriale s’inscrit dans une réalité que l’on peut parfois ignorer mais qui ne doit pas être négligée. Les différents auditeurs ont pu évoquer leurs contraintes vis à vis de ce changement notamment sur les nouvelles méthodes de travail. Le processus d’agencification a été un sujet débattupuisqu’il bouleverse notablement les relations entre l’État et les associations. 

ISMaPP : En tant que futur manager public, quelles observations avez vous pu faire lors de ce séminaire ? 

Pierre : Il est toujours intéressant et nécessaire de se rendre sur le terrain surtout en tant que manager. Il faut se rendre compte des réalités auxquelles sont confrontées les acteurs. De plus, les actions que l’on peut conduire n’ont pas forcement l’impact recherché. Ceci nécessite un dialogue approfondi pour comprendre, communiquer et mettre en place une politique. Dans ce cas, on pouvait se rendre compte, bien que les auditeurs connaissaient plutôt bien le sujet, qu’ils étaient parfois centrés sur leur propre métier et qu’ils perdaient de vue la vision d’ensemble des transformations à l’œuvre dans l’action publique. Ainsi, il conviennait de bien leur montrer les tenants et les aboutissants de la réforme, en les rassurant sur leur devenir. C’est un enseignement essentiel pour un étudiant en management public que les livres ne nous apprennent pas car il doit être vécu. 

« Retour